© Pancake! Photographie

Outdoors Passion Père et fils sur le Mullerthal Trail

4 minutes

L’appel d’un grand classique !

Le Mullerthal Trail, long de 112 kilomètres, est l’un des sentiers de randonnée les plus connus et les plus populaires du Luxembourg. Le paysage qui entoure ce « Leading Quality Trail –Best of Europe » est extrêmement varié. Le chemin, avec ses nombreuses montées et descentes, est assez exigeant, et l’on peut planter sa tente un peu partout dans les campings qui jalonnent le parcours. Idéal pour une aventure père-fils.

Parcourir la nature pendant des jours. Passer ses nuits sous la tente, quasiment à la belle étoile, le clapotis d’un ruisseau et le hululement d’une chouette dans les oreilles. Faire chauffer un sachet de soupe sur son réchaud à gaz et se sentir libre comme l’air, indépendant… Pour cela, faut-il traverser l’immensité de la Laponie ? Pas nécessairement. L’aventure appelle aussi ici, au Luxembourg.

Initialement, ce périple père-fils ne devait être « qu’une » préparation à une plus grande aventure, dans l’extrême nord. Le Luxembourgeois Luc Reis et son fils Leo voulaient parcourir tout le Mullerthal Trail pour se préparer au difficile Hiking-Event Fjällräven Classic, qui a lieu en Suède. Lors de ce trekking en Laponie, il faut parcourir de petits chemins et grimper des escaliers, et il faut aussi affronter des dénivelés importants. Tout comme sur le Mullerthal Trail, dans la « petite Suisse luxembourgeoise ». Avec ses 112 kilomètres, le Mullerthal Trail est même plus long de deux kilomètres que le parcours du Fjällräven Classic. Une parfaite préparation. 

© Pancake! Photographie

Bien plus qu’une simple « course test »

Du dénivelé, des passages techniques à affronter en portant sur le dos tout l’équipement qu’ils voulaient apporter dans leur voyage en Suède. Le réchaud, la tente, tout le matériel de camping mais aussi les quelques vêtements choisis judicieusement : on ne pouvait pas rêver meilleure préparation. 20 kilos sur le dos du papa, 8 sur celui du fiston.

 « Le Mullerthal Trail, c’est une expérience. La nature, avec ses rochers, ses crevasses, ses gorges et ses points de vue étonnants d’où surgissent ici et là quelques villages, est tout simplement d’une beauté unique. Et le chemin lui-même, tout sauf facile ! C’est un challenge positif », analyse Luc Reis. 

Luc travaille dans l’industrie du tourisme et sait ce que recherchent les gens quand ils prennent des vacances. Lui-même aime le calme et la liberté de la randonnée. S’il apprécie un certain luxe, ce quadragénaire aime aussi troquer de temps en temps son lit douillet contre un mince matelas de sol dans une petite tente.  « Les campings du Luxembourg sont vraiment géniaux ! Certains ont même une piscine et de chouettes jeux pour nfants, et la plupart du temps, ils sont situés au milieu de très beaux paysages », dit-il. Sur le Mullerthal Trail, Luc a déjà dormi à Nommern, Heringermillen, Beaufort et Berdorf.

La première randonnée père-fils sur le Mullerthal Trail remonte maintenant à cinq ans et le voyage en Suède qui a suivi a été une réussite et une très belle expérience. Leo, qui avait alors 10 ans, en a désormais 15. En tant que scout passionné, la nature est son élément. « Dormir et manger dehors, partir en vadrouille avec les copains, c’est tout simplement super », dit-il. Il attend avec impatience le « Jamboree » de 2023 en Corée du Sud. Cet énorme rassemblement, qui a lieu tous les quatre ans et qui est réservé aux scouts de 14 à 16 ans, réunit jusqu’à 50.000 jeunes du monde entier. Ce qui les relie : l’amour de la nature et un esprit de communauté. Des valeurs auxquelles Luc accorde aussi une grande importance. Il a été et est encore membre des scouts. 

© Pancake! Photographie
Veillez à activer les cookies au cas où vous ne verriez pas ce contenu.

Ce jour-là, le duo père-fils entame son périple dans le Mullerthal depuis le camping de Berdorf. Leur première étape est la «Teufelsinsel » (île du Diable), à Berdorf. En sortant de la forêt, la verdure s’ouvre comme une sorte de rideau vert sur une soudaine et surprenante perspective de forêts et de rochers, typiques de la région Mullerthal. À plusieurs endroits, on devine les gorges, les coteaux et les grottes qui sont cachés ici, et dont les noms sont aussi impressionnants que l’île du Diable : « la chambre mortuaire » ou « la grotte des voleurs ».

Le Mullerthal peut aussi être différent

C’est ici que Luc et Leo croisent Bart Cockx, 44 ans, et Lobke Dillin, 43 ans, en train de pratiquer leurs exercices de yoga. « Cela fait presque vingt ans que nous venons ici. Le Mullerthal est un must. On y trouve le calme et la solitude, sans avoir à aller loin », dit Bart, avant d’entrer dans une nouvelle posture de yoga. Sur le pont à la balustrade métallique peinte en vert, Leo essaie de tenir sur une jambe mais son sac à dos le déséquilibre, alors il abandonne en riant.

Luc et Leo poursuivent leur chemin par monts et par vaux à travers d’étroits passages entre deux parois rocheuses, dans une véritable forêt de roche. Ces témoins géologiques ancestraux dégagent une fraîcheur bienfaisante en cette brûlante journée d’été. Mais le Mullerthal peut aussi être différent. Dans la montée de « Trooskneppchen », à Echternach, que le père et le fils connaissent déjà, le chemin est pavé et grimpe en lacets, le soleil tape, seuls quelques arbustes et arbres à feuilles caduques offrent de l’ombre. Leo fatigue un peu et souhaite faire une pause. « On s’arrêtera tout en haut ! », s’écrie Luc en resserrant son sac à dos. Tout en haut, la vue est une récompense pour les deux marcheurs. En contrebas se trouve l’imposante basilique d’Echternach avec ses tours jumelles si caractéristiques, enserrée de verdure. Dans la vallée, les cloches de l’église sonnent. Leo, assis sur un banc, prend sa gourde et se désaltère à grandes goulées.

On trouve de la fraîcheur aux environs de Steinheim, dans l’atmosphère très forestière qui entoure l’« Alkummer ». Cette petite chambre de roche, haute et étroite, est un site géologique très particulier, l’un des morceaux du puzzle qui compose le « Natur- & Geopark Mëllerdall ». Depuis 2022, ce parc a rejoint le réseau international des UNESCO Global Geoparks. Les formations de roches dolomitiques – comme l’« Alkummer » – et de grès sont très caractéristiques par leur aspect et donnent une vision précise du passé géologique. 

Randonner sur une mer primitive

Il y a plus de 200 millions d’années, la région Mullerthal, avec son mélange de roches – grès et dolomite, aux ères triasique et jurassique, était le fond d’une mer. Lorsque l’eau s’est retirée, les rivières ont creusé leurs lits dans la roche, et c’est ainsi qu’ont été formés les paysages actuels, faits de plateaux, de rivières, et donc de profondes vallées, peuplées depuis l’âge de pierre. C’est avant tout la Sûre, la plus grande rivière de la région, qui a creusé profondément son sillon dans le sous-sol dolomitique. Et ainsi, aujourd’hui, la pierre apparaît sous forme de parois rocheuses de part et d’autre de la vallée. Mais même les plus petites rivières et les ruisseaux ont donné lieu à des falaises abruptes qui forment maintenant des crevasses étroites. Et cela crée un contraste avec les paysages légèrement vallonnés de la région qui se déploient à perte de vue. 

Veillez à activer les cookies au cas où vous ne verriez pas ce contenu.

Camp d’entraînement pour grandes ambitions

En fait, l’« Alkummer » n’est qu’un très étroit passage entre deux rochers. Une personne peut passer entre les deux si elle se fait petite et ne reste pas coincée à cause de son sac-à-dos. Luc et Leo attendent que les autres randonneurs, les uns après les autres, aient franchi le petit passage rocheux. Sandra Verholen et Ronny Josten, 43 et 37 ans, viennent des Pays-Bas et sont au Luxembourg pour six jours. Sur le Mullerthal Trail, ils s’entraînent pour le Norway Trail en Norvège. Apparemment, le camp d’entraînement du Mullerthal est une étape pour conquérir toutes sortes de sentiers de grande randonnée difficiles. C’est la première fois qu’ils visitent le Grand-Duché et ils sont enthousiastes. « Hier, nous avons fait 22 kilomètres, avec presque 400 mètres de dénivelé. C’est assez exigeant et idéal pour notre entraînement. Et le paysage est super beau ! », s’écrie Sandra, emballée. Aujourd’hui, ils parcourent 14 kilomètres sur la Route 1 et sont impressionnés par les formations rocheuses. Luc et Ronny échangent sur la manière de passer la nuit dans la nature. « En Norvège, on doit brûler le papier toilette usagé », raconte Luc en riant à ce souvenir. Pour ses séjours en plein air, il garde ses rouleaux de papier toilette sur un fil de fer, emballés dans des sacs en plastique pour éviter qu’il ne prenne l’eau quand il pleut. Échanger sur ses expériences de baroudeurs, ça fait partie du jeu. On en apprend toujours.

La dernière étape de Luc et Leo est la petite ville de Larochette. C’est le week-end et c’est jour de marché au centre-ville. On y vend des objets neufs ou anciens, l’activité est intense, on entend beaucoup parler portugais. Tout est coloré, vivant, les enfants veulent des jouets, les adultes trinquent avec une bière. Mais quelques pas plus haut, tout redevient calme et vert. Le tandem père-fils souhaite terminer par une visite du point de vue « Himmelsbierg ».  Juste à côté de l’église, le chemin monte par de nombreuses marches qui conduisent le long de jardins laissés un peu à l’abandon, et au charme mystérieux. Partout, de petites figurines. Une fois en haut, Leo peut enfin savourer un repas bien mérité : un risotto en sachet, préparé sur le réchaud de camping ultra performant. La randonnée est terminée. Le sourire de Leo ne cesse de s’élargir. Sur ce type de parcours, on se réjouit vraiment des petites choses.

Veillez à activer les cookies au cas où vous ne verriez pas ce contenu.

Le top des sentiers de randonnée

Expériences remarquables

Destination idéale pour les randonneurs, le Luxembourg possède l’un des réseaux de sentiers de randonnée les plus denses d’Europe : le « Leading Quality Trails – Best of Europe », pour ainsi dire la « Voie royale » ! Ils obéissent à des critères exigeants et garantissent ainsi des visites attrayantes et des aperçus de paysages variés.

En savoir plus
© Visit Éislek