Reiselust trotz Corona

Research

Voyager malgré la Covid-19

11 novembre 2020

Les touristes s’intéressent toujours au Luxembourg

 

Chez les Européens, l'envie de voyager reste intacte malgré la pandémie de coronavirus. Alors que les restrictions et leurs conséquences ont un impact très négatif sur la planification des déplacements, les motivations et les préférences de voyage des gens s'en voient relativement peu affectées. C'est ce que révèlent des études sur les intentions de voyage pour les six à douze mois à venir auxquelles Luxembourg for Tourism (LFT) participe actuellement.
 

Ces études montrent que, du côté de la demande touristique, les conditions essentielles à vouloir de nouveau voyager sont bien réunies. Selon les données de septembre, 53%des Allemands éprouvent le désir de voyager, valeur qui se rapproche à nouveau des niveaux enregistrés en 2019. Plus de la moitié des Allemands affirment aussi avoir les moyens financiers et le temps pour voyager dans les douze prochains mois.
 

Cela se reflète aussi dans la planification concrète des vacances: 56% aimeraient «dans tous les cas» revoyager au cours des douze prochains mois. Pour la saison automne/hiver 2020/21, cette valeur se situe entre 40% et 60% pour l'Allemagne et la plupart des autres marchés émetteurs, selon une étude de l’European Travel Commission (ETC), menée début octobre. «Dans les mois à venir, l’incertitude demeure pourtant encore quant au moment du départ et à la destination», explique Alain Krier, Head of Research & Media Management chez Luxembourg for Tourism.

 

Demande stable pour les vacances, en baisse pour les affaires

 

Quel type de voyage les clients choisiront-ils? Les données montrent que les souhaits et les intérêts à long terme ne changent guère. «Les vacances à la plage et de détente restent populaires, tout comme les séjours dans la nature. Pour la randonnée et les vacances près des lacs on remarque une légère augmentation», résume Alain Krier. Les «city trips» sont toujours d'actualité: ils occupent de nouveau la deuxième place des vacances les plus demandées en automne/hiver. Contrairement à la «Deutsche Reiseanalyse», l'étude de l’ETC examine également les voyages non liés aux loisirs. Cette étude montre que l’intention des Européens pour les voyages d’affaires d’ici à mars 2021 est bien inférieure à la normale, seul 8% des Européens prévoyant de réaliser un tel séjour sur les 6 mois prochains. Cela confirme la baisse de la demande dans ce secteur.

 

Luxembourg: un intérêt croissant pour le tourisme de proximité

 

Une légère tendance en faveur des destinations de voyage accessibles «par voie terrestre» se consolide déjà pour 2021, et le Luxembourg pourrait en bénéficier en tant que destination de proximité et facilement accessible pour les visiteurs de ses principaux marchés émetteurs. 3% des Belges et des Néerlandais, 2% des Français et 1% des Allemands prévoient de visiter le Luxembourg d'ici à avril 2021. «Au total, environ 2,3 millions d'Européens peuvent s’imaginer un voyage au Luxembourg au cours du prochain hiver», déclare Alain Krier.
 

Des changements importants sont à constater au niveau de la consultation des informations. Ce sont les sources neutres et générales (presse, Institut Robert Koch, ministère des Affaires étrangères) qui dominent à présent, suivies ensuite des sources touristiques plus classiques. Les voyageurs veulent être au courant de l'actualité et s'informer de manière fiable, étant donné que les déplacements pour les voyages sont sujets à des incertitudes, par exemple en raison de la fermeture des frontières et de mesures de confinement.

 


 

Hors des sentiers battus
 

Le délai de réservation ainsi que celui du choix et de recherches du voyage ont été considérablement raccourcis: avant le début de la pandémie, environ 30% des voyageurs se faisaient des idées concrètes concernant leurs vacances moins de trois mois avant leur début. Ce chiffre est maintenant passé à 62%, dont 22% qui choisissent leurs vacances même moins de quatre semaines avant le départ.
 

Il existe une réelle opportunité de croissance pour les voyages durables et les destinations de voyage loin du tourisme de masse. Environ un tiers des voyageurs seraient même prêts à payer plus pour visiter des destinations moins fréquentées.
 

Alors que les mesures sanitaires jouent un rôle important, les voyageurs sont surtout préoccupés par les risques financiers liés aux voyages et s'ils peuvent avoir lieu (60% chacun), tandis que les craintes de s'infecter lors du voyage sont plutôt secondaires. Cela met en évidence la nécessité de conditions d'annulation flexibles et de garanties de rapatriement.

 

L'intérêt de voyager demeure

 

Malgré l'incertitude, la demande de voyages reste élevée. «Voyager est un besoin fondamental pour de nombreuses personnes, elles veulent continuer à voyager et espèrent une normalisation jusqu’à l'été 2021», déclare Alain Krier. L'intention de voyager en automne/hiver est également importante, mais en raison des restrictions de voyage actuelles, il est très probable que la plupart des réservations soient effectuées à très court terme, dans un contexte de grande incertitude chez les voyageurs.
 

«Du côté des organisateurs de voyages, la volonté est bien présente, comme le sont, en partie, les capacités; du côté du client, selon des études, il veut voyager et en a les moyens. Le seul problème est que la pandémie et les conditions sanitaires et légales limitent et entravent les affaires habituelles», déclare Dr. Sebastian Reddeker, CEO de LFT. «Il est donc très difficile de réaliser la demande existante».
 

Comme l'ETC l'a récemment noté dans le cadre de son étude sur les intentions de voyage, l'harmonisation et la transparence des réglementations au niveau européen sont des conditions fondamentales pour convertir en réservations réelles le désir de voyage des clients.
 

L'étude de l’ETC continuera à être réalisée mois par mois jusqu'en février 2021 au moins. En novembre la «Deutsche Reiseanalyse» quant à elle devrait livrer de nouveaux chiffres. Il sera intéressant d'analyser dans quelle mesure la récente hausse des infections et les nouvelles mesures de confinement auront ou non un impact sur la demande.

 


 

Sources:

 

«Study on Monitoring Sentiment for Intra-European Travel, European Travel Commission», Analyse mensuelle de l'intention de voyage sur 10 marchés émetteurs européens

 

«RA 2021, Corona Recovery Modul 09/2020; Forschungsgemeinschaft Urlaub und Reisen e. V.», Etude sur les habitudes en matière de voyages de la population allemande.


Articles similaires

Inscrivez-vous à la newsletter!

Ce champ est vide, vous devez le compléter.
Ce champ est vide, vous devez le compléter.
Ce champ est vide, vous devez le compléter.
Ce champ est vide, vous devez le compléter.
Ce champ est vide, vous devez le compléter.
Ce champ est vide, vous devez le compléter.
Ce champ est vide, vous devez le compléter.