Open and DiverseBIENVENUE CHEZ NOUS

Sight-
running

25 ans de patrimoine mondial dans la vieille ville de Luxembourg : c’est ce que proposent de découvrir les circuits Unesco. On peut aussi enfiler sa tenue de course et participer à FatBetty.Run.

PHOTOS MIKE ZENARI

Luxembourg-ville, jeudi, 18 h. L’Independent Café se remplit. Ambiance « after-work », discussions animées. Les premiers coureurs se pressent autour d’une grande table : la plupart d’entre eux portent un t-shirt noir portant l’inscription « FatBetty.Run ». Qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il fasse grand soleil, les « Bettys » se réunissent chaque jeudi soir pour courir dans la capitale. D’abord l’effort, puis le réconfort autour d’une bière – ou deux, ou trois. L’ambiance est décontractée et décalée.

One little spark of madness

La communauté se fixe rendez-vous sur Facebook et ne cesse de grandir. Le but : courir ensemble dans les rues de la capitale, dans un groupe joyeux de parfois plus de 50 sportifs. Pour en faire partie, rien de plus simple : tout le monde peut se présenter spontanément et se joindre à eux. Les coureurs peuvent se changer dans une pièce à l’arrière de l’Independent Café où les biens de valeur sont mis à l’abri. Dix kilomètres en une heure environ – « faisable sans problème, car on peut aussi s’arrêter et prendre des photos », explique Dan, un des quatre fondateurs de la troupe.

La « FatBetty.Run » permet de découvrir la ville d’une autre manière – en faisant du « sightrunning ». Courir ensemble dans la capitale est une expérience humaine que les participants partagent le temps d’une soirée ; il se crée une énergie qui soude la communauté davantage semaine après semaine. Durant la course, de nouveaux contacts se nouent facilement.

« C’est tout simplement plus amusant en groupe ! », déclare Ricky, fidèle depuis deux ans. De nombreuses amitiés se sont créées entre les coureurs.

« Je suis toujours enchantée d’y participer », affirme Nikki avec enthousiasme. « L’été, la ville se présente sous une autre facette que l’hiver. Le regard change constamment. » L’équipe veille à ce que le parcours passe devant de beaux points de vue, dont les plus beaux sites classés par Unesco. L’Abbaye de Neumünster fait partie intégrante de pratiquement toutes les courses. « Certains coureurs ne sont au Luxembourg que depuis quelques semaines et découvrent avec nous des coins qu’ils n’auraient jamais vus autrement », ajoute Nikki.
« Nous sommes un groupe multiculturel qui transpire collectivement », sourit Yves. « Il n’y a pas de hiérarchie. Le métier, l’âge, la nationalité ou les connaissances linguistiques n’importent. Les nouveaux sont tout naturellement accueillis. »

À l’étage, Irina se rafraîchit. Moscovite d’origine, elle est une passionnée de trail et toujours ravie de courir dans les rues de Luxembourg. « La ville est si variée. Architectures anciennes et modernes s’harmonisent à la perfection », déclare-t-elle tout en ajustant sa lampe frontale. Elle aime particulièrement le quartier de Clausen et la vallée de la Pétrusse. Lorsque la nuit tombe tôt en hiver, on peut observer une véritable procession de lampes frontales longeant le rocher du Bock quand les « FatBetty.Runners » passent.

Ils se lancent à 18h45 précises. Les coureurs démarrent devant l’Independent Café, face à la Cité judiciaire. La cadence est agréable. Le groupe tourne à gauche, le long du Boulevard Franklin D. Roosevelt. Les sportifs passent devant la cathédrale et la « Gëlle Fra ». Cette impressionnante statue trônant sur un obélisque de 21 mètres situé Place de la Constitution est un symbole national fort, évoquant la paix et la liberté sous les traits d’une femme dorée, tendant une couronne de laurier.

Le groupe arrive rapidement à la hauteur du Pont Adolphe et emprunte la passerelle qui passe dessous. Soudain, un cri perçant retentit, mais personne ne s’inquiète. Certains rient, d’autres sourient intérieurement. C’était « Dic », alias Stéphane, qui assure toujours l’ambiance – et la « one little spark of madness », la petite étincelle de folie qui anime le grou. Après le cri de Stéphane sur le pont, le rythme s’accélère un peu. Le parcours continue, monte et descend.

La « Montée Haute » qui pique

À propos de montée : qu’est-ce qui se cache en réalité sous le nom « FatBetty » ? Le nom de « grosse Betty » ne semble de prime abord ni évident ni adapté pour une équipe de coureurs. Mais la petite provocation dérangeante fait partie de ce concept marrant.

« On nous interroge couramment sur notre nom lorsque nous courons dans la ville avec nos t-shirts », explique le cofondateur Guido le sourire aux lèvres. Solution de l’énigme : les quatre « pères fondateurs » de la course ont rebaptisé la « Montée Haute » (« décke Bierg » en luxembourgeois) à Steinsel, leur montée d’entraînement comptant une pente de 23 %, d’où le nom « Fat Betty ». Et « Fat Betty » a une consonance plus personnelle et plus cool. On dirait même le nom d’une mascotte.

La « FatBetty.Run » à travers la ville réunit de plus en plus de résidents locaux, de visiteurs et de touristes d’affaires. Samuel de Manchester n’est à Luxembourg que depuis quelques mois. Il apprécie qu’on tienne toujours compte des autres pour l’allure et qu’il n’y ait pas de compétition : « It’s not about racing or pacing. It’s about having some run-fun together. »

« Sightrunning », une expérience sportive et collective à Luxembourg – c’est aussi simple que cela.

www.FatBetty.Run

Découvrir l’Unesco:

Visitor Center: l’Unesco prend vie au Lëtzebuerg City Museum.

www.citymuseum.lu


Tour à vélo Unesco: le parcours de 9,5 km par monts et par vaux traverse la vallée de la Pétrusse, les quartiers de Clausen et de Pfaffenthal tout en faisant découvrir une foule d’attractions.


Promenade « Luxembourg, vieux quartiers et fortifications » : la promenade de 2,5 km dévoile l’exceptionnelle histoire de la ville en moins de 90 minutes. Étapes du parcours :

  • Place de la Constitution
  • Parc de la Pétrusse
  • Plateau du Saint-Esprit
  • Porte du Grund
  • Corniche
  • Bock – Casemates
  • Rempart
  • Marché-aux-Poissons – Église Saint-Michel
  • Palais grand-ducal
  • Place Clairefontaine
  • Cathédrale Notre Dame
     

Casemates: les casemates constituent une des principales attractions touristiques de la ville de Luxembourg. Avec leurs 17 km sur les 23 d’origine, ce sont les plus longues casemates du monde. Plus de 100 000 personnes visitent chaque année cette ancienne forteresse souterraine.

www.lcto.lu


Urban Time Travel: l’entreprise propose un voyage ludique dans le temps dans le Pfaffenthal à une époque où Luxembourg était encore une ville fortifiée. Par le biais de la réalité virtuelle, le « Urban Time Travel » propulse le visiteur équipé de lunettes spéciales en l’an 1867, juste avant le démantèlement de la forteresse. Dans ce monde virtuel, Jos, le cocher, montre la ville aux visiteurs. En réalité, les visiteurs se déplacent en minibus dans les rues pavées : une expérience fascinante.

www.urbantimetravel.com


Unesco − et ailleurs ?

Chaque mardi de la Pentecôte, la procession dansante d’Echternach – inscrite au Patrimoine culturel immatériel – transforme la cité abbatiale en haut-lieu d’un pèlerinage rythmé.

www.unesco.lu


Ouvert et diversifié

Avec son atmosphère cosmopolite et les nombreuses langues parlées dans ses rues, Luxembourg est une métropole moderne et dynamique. Plus de 122 000 personnes y vivent actuellement et le chiffre est en hausse. 164 nationalités différentes s’y côtoient. 29 % sont Luxembourgeois, les autres ayant une autre nationalité.


RECEVEZ VOTRE MAGAZINE LUCI CHEZ VOUS

114 pages d’histoires de lieux, de personnes et d’idées de voyage au Luxembourg.

Commandez gratuitement l'édition print de Luci #1 :

Please fill this field
Please fill this field
Please fill this field
Please fill this field
Please fill this field
Please enter a valid email address
Please fill this field

Par ailleurs : luci.travel sera encore plus riche en contenu à partir de l’été. Pour l’instant, retrouvez tout ce que vous devez savoir sur les voyages au Luxembourg sur

www.visitluxembourg.com