DaydreamCHÂTEAU DE BEAUFORT

Où est
Madame?

À voir ce fauteuil, on croirait qu’un instant plus tôt encore, quelqu’un était en train d’y lire. Les autres meubles aussi, le bois lourd, lessculptures sur bois en filigrane créées entre le 18  siècle et l’époque Art nouveau, semblent encore utilisés. Le château Renaissance de Beaufort exhale un charme tout particulier. Il suffit de s’inscrire pour en pousser la porte – et entamerune visite qui redonneravie au passé.

PHOTOS VÉRONIQUE KOLBER

Une revue sur les roses est posée sur la petite table. À côté, la reine des fleurs éclot dans un vase. On croirait qu’un instant plus tôt encore, quelqu’un était en train de lire dans ce fauteuil. Les autres meubles aussi, le bois lourd, les sculptures sur bois en filigrane créées entre le 18e siècle et l’époque Art nouveau, semblent encore utilisés. Des crayons, des stylos, des livres, des horloges au tic-tac entêtant, de la vaisselle raffinée et des couverts en argent un peu partout. Mais la maîtresse de maison ne reviendra pas : Madame Anne-Marie Linckels est décédée en 2012.

Pourtant, à déambuler dans le château Renaissance de Beaufort, on a l’impression qu’à tout instant, elle peut apparaître sur le pas de la porte. Car les salles du château sont aujourd’hui ouvertes aux visiteurs. Ceux-ci peuvent marcher dans les pas de l’ancienne maîtresse des lieux, qui y a vécu jusqu’à ses 98 ans. Le téléphone noir à cadran qu’elle utilisait encore, les photos, tout est resté. Dans chaque pièce, on sent littéralement sa présence.
 

Tout cela, on le doit sans nul doute aussi à Jacqueline Kuijpers. C’est elle qui a tout conservé et qui assure les visites guidées. Jacqueline Kuijpers connaissait très bien la vieille dame, et pour cause : elle était sa gouvernante et vit au château depuis 1980. Elle a passé ici la majorité de sa vie, a vu ses trois enfants grandir à l’intérieur de ces vastes murailles dont elle connaît chaque recoin, y compris bien sûr le jardin. « Madame Linckels aimait tant les roses. Jusqu’à la fin, elle a continué d’aller voir les parterres et s’assurait toujours que les plantes étaient correctement taillées. Elle préparait ses repas elle-même à la cuisine avant de se rendre seule dans la grande salle à manger. Tout cela avec un peu d’aide de son personnel, bien sûr », se rappelle Jacqueline Kuijpers en souriant.

Stricte et très disciplinée, Madame avait aussi un grand cœur, nous raconte sa gouvernante, qui a presque fini par se considérer comme un membre de la famille. Elle aussi a été très attristée par la disparition du fils unique des Linckels, mort d’un cancer à 52 ans à peine dans les années 1970.

Pour Jacqueline Kuijpers, chaque promenade dans les allées du château éveille une ribambelle de souvenirs, ce qui n’échappe pas aux visiteurs. Au passage, ceux-ci découvrent aussi bien sûr l’histoire tumultueuse du château Renaissance et de l’imposant château médiéval bâti à la fin du 12e siècle, juste à côté, également ouvert aux visiteurs – les temps troublés, les trahisons, les luttes pour l’indépendance. La tour de garde circulaire offrait une vue avantageuse sur les environs, d’où un assaut pouvait être lancé à tout moment.

De la rue, c’est d’abord le château médiéval qui s’ouvre au regard. Inhabité depuis longtemps, il est tombé en ruines au fil des siècles. Le « nouveau » château bâti au milieu du 17e siècle est, lui, en parfait état. Quand l’époux de Madame Linckels, Edmond, est devenu propriétaire en 1928, il a veillé à la préservation des lieux, évitant que les ruines médiévales ne se dégradent encore un peu plus.

Faute d’héritier direct après la mort du fils unique des Linckels, les deux châteaux appartiennent aujourd’hui à l’État. Anne-Marie Linckels a toutefois pu continuer d’y vivre jusqu’à la fin de sa vie. Quelques années avant sa mort, Jacqueline Kuijpers et son mari ont repris la production de la célèbre liqueur de cassis de Beaufort. Les nécessaires groseilles noires, auparavant importées de France, sont désormais cultivées à deux pas, entre Eppeldorf et Beaufort. Quelque 500 litres de cassis sont produits chaque année dans les caves du château Renaissance avant d’être proposés à la dégustation et à la vente dans le château médiéval. Il se savoure froid avec de l’eau minérale ou en kir royal, mais aussi avec de l’eau chaude, comme grog.

Un cassis comme celui-là a de quoi vous requinquer, par exemple après une visite à la fois fascinante et angoissante du donjon, où les lourdes chaînes attachées au mur laissent encore deviner le supplice de ceux qui y dépérissaient dans la pourriture humide et glacée. Une vision qui contraste avec les pièces raffinées aux tapisseries fleuries du château Renaissance. On en ramène chez soi avec un petit soupir de tristesse, et un léger parfum de rose.

Visites guidées :

En haute saison, de mars en novembre, des visites guidées du château Renaissance sont régulièrement organisées pour des groupes (plus de huit personnes) sur inscription. Le château médiéval est ouvert à tous, mais des visites guidées de groupe ou individuelles peuvent aussi être réservées. Il est fermé en hiver.

www.beaufortcastles.com

 

3 bons conseils sur place :

Une randonnée sur les 112 kilomètres du Mullerthal Trail, qui passe par Beaufort.

www.mullerthal-trail.lu


Cassero : vous pouvez goûter et acheter la célèbre liqueur de cassis dans les ruines du château médiéval.

www.liqueurs-du-chateau.lu


« Rock ’n Classics » est un festival organisé par les amis du château de Beaufort en collaboration avec l’organisateur événementiel Kultopolis. Différents groupes se produisent dans le décor pittoresque du château.

www.beeforter.lu

RECEVEZ VOTRE MAGAZINE LUCI CHEZ VOUS

114 pages d’histoires de lieux, de personnes et d’idées de voyage au Luxembourg.

Commandez gratuitement l'édition print de Luci #1 :

Please fill this field
Please fill this field
Please fill this field
Please fill this field
Please fill this field
Please enter a valid email address
Please fill this field

Par ailleurs : luci.travel sera encore plus riche en contenu à partir de l’été. Pour l’instant, retrouvez tout ce que vous devez savoir sur les voyages au Luxembourg sur

www.visitluxembourg.com