City Break, la stratégie de paix remplace la stratégie de guerre

Durée: 1 jour(s)

Tour jour 1

Ajouter aux favoris

A propos du tour

Pendant des siècles, la ville de Luxembourg, comme forteresse, a vécu la présence de garnisons militaires, des prises d’assaut (1443, 1684, 1795).

En 1867, le Traité de Londres déclare Luxembourg comme Etat neutre. La forteresse est démantelée, la ville ouverte. Sous l’effet de la guerre franco-allemande (1870), le Luxembourg s’est doté de monuments spécifiques. Luxembourg devient terre d’accueil et d’investissement pour de nombreux citoyens étrangers. Au cours de la 1ère guerre Mondiale, 3000 Luxembourgeois se sont enrôlés dans la Légion Etrangère de France. Les monuments érigés en leur honneur sont devenus des symboles de notre Indépendance nationale.

Luxembourg rattaché au Reich en 1940, était appelé à être transformé en bastion de la culture allemande à l’ouest de l’empire. La ville est libérée en 1944, mais la bataille des Ardennes va sévir dès décembre 1944. Dès la fin des hostilités, Luxembourg abandonne son statut de neutralité politique, et devient co-signataire du traité de Paris en 1951.

En 1952, Luxembourg devient capitale de la haute Autorité de la Communauté du Charbon et de l’Acier. Luxembourg est aujourd’hui une des trois capitales de l’UE avec Bruxelles et Strasbourg.

Merci de bien vouloir vérifier les heures d’ouverture des attractions avant votre visite.

Contact:


Luxembourg ville

Partager la page
Jour 1

Musée 3 Eechelen installé dans un ancien fort: Dans l’exposition permanente, chaque casemate illustre une période du passé de la forteresse, notamment à travers ses liens avec l’histoire du Luxembourg. Le parcours débute au Moyen-âge avec la prise de la ville par les Bourguignons en 1443 et s’achève par la construction du Pont Adolphe, en 1903. Durée de la visite: 1 heure.

La chapelle du  "Glacis" au bd Joseph II, avait été construite en 1885 sur initiative de Monseigneur l’évêque Nicolas Adames. L’architecte de l’Etat, Charles Arendt avait dessiné les plans de cette chapelle à deux sépultures épiscopales. La chapelle a été édifiée en remerciement à la Vierge d’avoir épargné au Luxembourg une immixtion dans la guerre franco-allemande. Au Pfaffenthal, le "monument du Souvenir français" (1872) exhorte le Luxembourg à défendre son indépendance et sa neutralité politique.

Musée d’histoire de la ville de Luxembourg installé dans d’anciens refuges de la noblesse et d’ordres religieux: plans de transformation de Luxembourg sous l’occupation allemande, en 1940, et en capitale européenne en 1958. Accès gratuit avec la Luxembourg Card. Durée de la visite: 1 heure.

Monument du Souvenir, Place de la Constitution: Le "Monument du Souvenir", (1923, sculpteur Claus Cito) rappelle la mémoire des volontaires luxembourgeois dans les armées françaises au cours de la première guerre Mondiale. Le gouvernement nazi avait fait détruire le monument. Il fut reconstruit dans sa splendeur initiale en 1984. Il représente désormais l’Indépendance.

Monument de la Solidarité nationale, bd F.D. Roosevelt. Monument de la Solidarité Nationale commémorant le sort des Luxembourgeois au cours de la seconde guerre Mondiale (1971, architecte René Mailliet, artiste François Gillen). La flamme éternelle et le hall de mémoire rappellent le sort de 91 enrôlés de force luxembourgeois fusillés au camp de concentration de Slonsk.

Circuit Robert Schuman et des pères de l’Europe : Robert Schuman, père de l’Europe est né à Luxembourg. Visite guidée : 3 heures 115 €, départ place Guillaume, Luxembourg City Tourist Office.

En face de la gare centrale l'Hôtel Alfa, ancien quartier général du Général Omar Bradley.

Durée totale des visites: 5 heures.

Attractions